--

Les railleries d’un promeneur solitaire

Dans le n° ; 2096 du 2 au 8 mai 1997 de La Vie - Hebdomadaire chrétien d’actualité, on lit, dans un dossier Famille Vacances, en marge d’une photo d’un père portant son enfant dans un sac à dos : « Plus qu’un sport la randonnée pédestre devient un art de vivre. 31 millions de Français s’y adonnent pour le plaisir ». Qu’est ce que la randonnée. D’après le Petit Robert, « course, promenade longue et ininterrompue ». D’après le Petit Larousse « Grande promenade ; marche sur des sentiers balisés appelés sentiers de grande randonnée ». Bigre ! je ne savais pas mes compatriotes aussi sportifs.
 

La promenade est belle…

Au premier janvier 1997, on compte environ 58,5 millions d’habitants dans notre pays dont environ 55 millions de « Français » ce qui ferait 55% de pratiquants de ce sport ! À supposer même, ce qui est à peu près certain, que le chiffre en question concerne, non ces derniers mais l’ensemble des habitants de la France, le pourcentage en question, qui serait alors de 53%, si on tient compte des bébés, des malades et des impotents doit classer notre pays au hit-parade de la nation la plus sportive. Je suis d’autant plus surpris par cette performance que, fervent de cette activité, je croise très peu de monde, parfois personne, sur les chemins de la région parisienne où je randonne, qui sont pourtant des voies balisées et sans difficulté particulière.

Dans le texte de l’article en question, on lit : « Le résultat de plusieurs enquêtes menées pour le compte de la Fédération française de la randonnée pédestre (FFRP)… révèle que 31 millions de français marchent pour leur plaisir. En réalité, 81% d’entre eux se promènent une à trois fois par mois, pendant deux heures, voire une après-midi pour les plus mordus. Seuls, en famille ou en petits groupes, ils sont prêts à découvrir les sites naturels de leur département ou des régions voisines, « à la recherche de leurs racines » à la vitesse maximale de 4 km à l’heure. Le pourcentage de tout à l’heure n’est plus que de 43% (53% *81%). De randonneurs ou d’adeptes de la promenade digestive ?

Plus loin dans le texte, on parle incidemment de « 14% de randonneurs dits « intensifs », qui marchent volontiers une journée, une ou plusieurs fois par mois. » Converti en nombre de personnes, cela fait 8 millions. C’est déjà pas mal et sûrement supérieur à la réalité, car dans ce type d’enquête où on fait état d’une activité valorisante on a toujours tendance à augmenter les fréquences. Personnellement je marche en principe durant une journée une fois par mois. Dans la réalité, il y a toujours quelque chose qui fait que ce rythme n’est pas respecté. Si j’avais été interrogé me serais-je classé dans les « pépères » qui marchent moins d’une fois par mois ?

Alfred Dittgen

 
Pénombre, Janvier 1998