--

Cati* (live)

*CATI : Computer-assisted telephone interview. Cette interview a été mise en scène lors de la nocturne de Pénombre consacrée aux sondages d’opinion (Paris, le 5 juin 2009).

DRING… DRING… (Sonnerie de téléphone)

Interviewée : Allô !

Enquêteur : Allô ! Bonjour madame… vous êtes bien une femme ?

Interviewée : Oui.

Enquêteur : Je suis Yvon Bidouiller. Je fais une enquête pour l’institut de sondages Opinion OuiNon. Tout d’abord, je voudrais vérifier que vous correspondez bien à la cible. Quel âge avez-vous ?

Interviewée : 51.

Enquêteur : Je suis désolé, mais je dois interroger des personnes de 15 à 50 ans. Il n’y a pas une grande différence, ça peut le faire. Vous êtes d’accord ?

Interviewée : Si ça peut vous aider… j’ai 50 ans.

Enquêteur : Et vous avez une profession ?

Interviewée : Je suis agricultrice.

Enquêteur : Bon, une agricultrice, ça travaille à la ferme et la ferme c’est sa maison… Donc agricultrice, c’est comme une femme au foyer, non ?

Interviewée : Si je dis oui, je suis dans la cible, c’est ça ? Alors oui.

Enquêteur : Bon, ça va prendre cinq à six minutes et on va parler de différentes choses. Commençons par l’épidémie de grippe. Pouvez-vous me dire où elle est apparue ?

Interviewée : Au Mexique, je crois.

Enquêteur : Connaissez-vous le nom du virus responsable de cette épidémie ?

Interviewée : Euh… Hadopi… non, H2N2… il y a un H je crois… enfin je ne sais plus !

Enquêteur : C’est la grippe porcine, vous devriez savoir ça, c’est agricole non ? En ce qui vous concerne, diriez-vous que vous êtes « très inquiète » , « plutôt inquiète », « plutôt pas inquiète » ou « pas du tout inquiète » pour vous et pour vos proches ?

Interviewée : Pour mes cochons, c’est sûr ! Les poules, avec la grippe aviaire, j’ai bien cru qu’on nous dirait de les abattre. Quand je vois en Égypte, ils ont trinqué les cochons.

Enquêteur : Vous êtes : « très inquiète » ? « Plutôt inquiète » ? « Plutôt pas inquiète » ? « Pas du tout inquiète » ?

Interviewée : Je viens de vous dire que j’étais inquiète !

Enquêteur : « Très inquiète » ou « plutôt inquiète » ?

Interviewée : Plutôt très.

Enquêteur : Et selon vous, la France est-elle « très bien », « plutôt bien », « plutôt mal » ou « très mal » préparée pour faire face à ce genre d’épidémie ?

Interviewée : Ben on a du Tamiflu, ils l’ont dit à la télé. Mais ça dépend si le Tamiflu est périmé. Vous le savez, vous, s’il est périmé ?

Enquêteur : Non, mais ça m’est égal, j’ai pas la grippe. Bon. La France est-elle « très bien », « plutôt bien », « plutôt mal » ou « très mal » préparée pour faire face à ce genre d’épidémie ?

Interviewée : Ben, je viens de vous dire que je peux pas savoir.

Enquêteur : « Ne sait pas »… Selon vous, s’agit-il plutôt d’une épidémie ou d’une pandémie ?

Interviewée : Une épizootie, je dirais. Vous n’avez pas ça dans vos réponses ?

Enquêteur : C’est quoi ça ? Alors je mets que vous ne savez toujours pas ? Continuons sur les questions de santé. Plus particulièrement les menaces qui pèsent sur notre système de santé. Selon vous, parmi les contraintes suivantes, quelle est celle qui menace le plus l’avenir du système de santé en France (il parle de plus en plus vite) :

  • - le déficit de la Sécurité sociale ;
  • - le vieillissement de la population et l’augmentation du nombre de patients atteints de maladies graves ou chroniques ;
  • - le coût de certains soins ou traitements rendant leur accès difficile pour certains patients ;
  • - les intérêts potentiellement divergents voire contra¬dictoires des professionnels de santé ;
  • - la répartition insatisfaisante des professionnels de santé sur le territoire ?

Interviewée : Ouh la ! Vous avez été un peu vite, j’ai pas tout compris. Vous pouvez recommencer ?

Enquêteur : Bon, parmi les menaces, laquelle vous prenez ? Le déficit, le vieillissement, ou l’accès aux soins ?

Interviewée : L’accès aux soins. Quand on habite comme nous à Sainghin-en-Weppes, c’est pas évident de se faire soigner !

Enquêteur : Pensez-vous que le système de soins et de santé en France va aller plutôt en s’améliorant ou plutôt en se détériorant dans les années à venir ?

Interviewée : À mon avis, il y aura une amélioration de la détérioration. Mais même si c’est mieux, ça sera pas moins cher !

Enquêteur : C’est-à-dire…. ?

Interviewée : Ben c’est clair, je vais pas répéter…

Enquêteur : Nous allons aborder un autre sujet. Est-ce que vous avez le haut débit ?

Interviewée : Pas du tout, mon mari dit que le château d’eau est pas assez haut et que c’est pour ça qu’il n’y a pas assez de pression.

Enquêteur : Et vous-même utilisez-vous Internet ?

Interviewée : Non, mon mari dit qu’on y fait des rencontres louches, et puis qu’on y attrape des virus. Vous y allez, vous ?

Enquêteur : Oui, bon… Bon, passons au nucléaire. Avez-vous entendu parler des centrales nucléaires de la nouvelle génération ?

Interviewée : Bien sûr les EPR, même qu’ici les écolos sont pas contents !

Enquêteur : Et côté sûreté par rapport aux précédentes ? À votre avis elles seront : « certainement plus sûres », « plutôt plus sûres », « plutôt moins sûres », « certainement moins sûres » ?

Interviewée : Plus sûres ? Elles peuvent pas l’être, les autres sont déjà complètement sûres, non ?

Enquêteur : Alors, « plutôt moins sûres » ou « certainement moins sûres » ?

Interviewée : Et « pareil », vous l’avez pas ?

Enquêteur : Pff !… Parlons maintenant des courses. Dans votre foyer, de façon générale, est-ce vous qui faites les courses, ou quelqu’un d’autre ?

Interviewée : Ah ! Les courses, c’est…

Enquêteur : Attendez, je vous donne d’abord les réponses possibles : « vous-même », « votre mari », ou « une tierce personne » ?

Interviewée : Une tierce personne, je ne vois pas vu qu’on est que mon mari et moi. Pas de problème, c’est que moi, sauf pour les cigarettes.

Enquêteur : Très bien. Dans quels magasins faites-vous vos courses le plus souvent ? Carrefour, Auchan, Intermarché, Super U, Géant Casino, Attac, Champion, Shoppi, Ed, Lidl, Aldi, Simply Market ?

Interviewée : Au camion qui passe.

Enquêteur : Mais vous n’allez jamais dans des grandes surfaces ? Interviewée : Ben l’autre dimanche, on est allés bloquer le supermarché, pour protester contre le prix du lait.

Enquêteur : Est-ce que vous achetez, même si c’est peu souvent, les produits suivants : du poisson ?

Interviewée : Non, on n’aime pas ça.

Enquêteur : De la volaille ?

Interviewée : Non, on la fait à la ferme.

Enquêteur : De la charcuterie ?

Interviewée : Non, on la fait à la ferme.

Enquêteur : Des légumes ?

Interviewée : Non, on les fait…

Enquêteur : … à la ferme, j’ai compris. Mais alors vous achetez quoi ?

Interviewée : Le pain, la bière et le journal. Et puis Insee Première, bien sûr !

Enquêteur : À présent des questions sur l’actualité politique : approuvez-vous ou désapprouvez-vous l’action de Nicolas Sarkozy comme président de la République ? « Tout à fait », « plutôt », « plutôt pas », « pas du tout » ?

Interviewée : Je désapprouve plutôt, et donc j’approuve plutôt pas.

Enquêteur : ???? Bon, question suivante : avez-vous regardé l’émission « Face à la crise » hier sur TF1, France 2 ou M6 ?

Interviewée : Moi, j’aurais bien voulu, mais mon mari a mis Eurosport. Mais ma sœur l’a regardée, elle m’a raconté.

Enquêteur : Bon… Et vous avez trouvé le président de la République : « très convaincant », « assez convaincant », « peu convaincant », « pas du tout convaincant » ?

Interviewée : Je vous rappelle que je l’ai pas regardé ! Ma sœur, elle, elle m’a dit qu’elle l’avait trouvé extra, mais en politique, on n’est jamais d’accord.

Enquêteur : (aparté) Extra… Bon, alors je mets très convaincant… Et pour chacune des appréciations suivantes, dites-moi si elle correspond bien ou mal à l’idée que vous vous faites de Nicolas Sarkozy comme président de la République :

  • - défend bien les intérêts de la France à l’étranger ;
  • - renouvelle la fonction présidentielle ;
  • - est capable de réformer le pays ;
  • - mène une bonne politique sociale ?

Interviewée : C’est drôle, les choix que vous avez ! C’est vous qui les faites, les questions ? Vous auriez pu mettre par exemple : « Ne défend pas beaucoup les agriculteurs », non ?

Enquêteur : Oui, mais est-ce qu’il « défend bien les intérêts de la France à l’étranger » ?

Interviewée : Pas ceux des agriculteurs !

Enquêteur : « Renouvelle la fonction présidentielle » ?

Interviewée : Si le renouveau c’est dire aux gens : « Casse-toi pov’con », ça c’est sûr. Au Salon, Chirac, il l’avait jamais fait !

Enquêteur : « Est capable de réformer le pays » ?

Interviewée : Pour le lait, on n’a rien vu.

Enquêteur : « Mène une bonne politique sociale » ?

Interviewée : Pour ceux qui mangent le vacherin, peut-être, mais pas pour ceux qui le fabriquent…

Enquêteur : Pour terminer…

Interviewée : Ah ! Ben c’est pas trop tôt, parce qu’il est pas si rapide que ça, votre sondage !

Enquêteur : Je vous promets, c’est presque fini… Nous allons parler de sucreries…

Interviewée : C’est pas une raison pour prendre ce ton mielleux !

Enquêteur : Quelles sont toutes les marques de barres chocolatées que vous connaissez, ne serait-ce que de nom, même si vous n’en mangez jamais ?

Interviewée (regarde son flacon, à la main) : J’sais pas moi, Paic Citron ?

Enquêteur : C’est tout ?

Interviewée : De toute façon, je m’en fiche, j’ai du cholestérol. Bon, c’est fini ?

Enquêteur : Ben non ! Encore un sujet très court…

Interviewée : Ah non ! Maintenant ça suffit !

Enquêteur : Je vous en prie, soyez sympa, si on finit pas, je suis pas payé pour mon questionnaire !

Interviewée : Au fait, et moi, je suis payée ? Parce que ma cousine, qui a Internet, elle, elle m’a dit qu’elle était dans le panel « Route de l’opinion », et qu’elle avait des bons d’achat chaque fois. Vous faites ça, vous ?

Enquêteur : Non, nous on ne fait pas ça. Alors, dernière question : êtes-vous pour ou contre les sondages ?

Interviewée (raccroche) : Tut, tut… (bruit de téléphone occupé).

Enquêteur (en soupirant) : Contre !